Accueil

 ——————————————————————————
« L’élément du théâtre est la métamorphose » Heiner Müller
——————————————————————————-

Transformer l’impossible en possible,
reprendre le chemin en cette rentrée 2020,
tracé pas à pas depuis dix ans, à votre rencontre,
avec cette volonté intacte de parvenir
à « assembler et unir » comme le disait Jean Vilar.

Le chemin est le même, seule la nature  de nos pas  a changé.


Avançons lentement, avec soin, avec soin et précision – ce que je crois – » (Jean-Luc Lagarce) et observons la métamorphose…
La métamorphose de la peur en une force douce de vérité,
la métamorphose du théâtre en besoin de nécessité, 
la métamorphose de Saint-Amans en un lieu de création,
la métamorphose de nos vies, comme un début d’humanité.

Dès septembre, retrouvons nous, de nouveau sur Castelculier, tous autour
des ateliers de créations artistiques, pour permettre l’accès au plus grand nombre au théâtre, aux planches, à l’art de l’acteur, à l’art de la métamorphose, et faire naître de ces rencontres, de ce travail de transmission, un spectacle que nous jouerons dans neuf mois

Remettons nous de l’annulation du Festival de Saint-Amans 2020 et préparons l’édition 2021 qui se tiendra du 10 au 14 août.

Nous avons le chance de toujours accueillir des projets en résidence et de partager avec le plus grand nombre le travail des artistes tout au long de l’année

Nous allons reprendre les créations entamées comme Cyrano de Bergerac d’Edmond Rostand ou Dernier vol pour Santa Cruz de Charles-Éric Petit.

Sans oublier de nous consacrer pleinement aux projets naissants:
le 909 est une pépinière et dans cette pépinière fleurissent à chaque rencontre à chaque croisement les aventures de demain.
C’est ainsi que nous vivons ici au 909, à Saint-Amans, toutes générations confondues:
nous plantons, main dans la main, des arbres aux noms évocateurs: Jean Giono,
Heiner Müller, Nathalie Sarraute, Georges Feydeau, Tanguy Viel, Peter Handke, Charles Bukowski, Fernando Pessoa, Sylvain Coher, Mathieu Genet avec son ami My-name-is…Et aussi Charles  Baudelaire, pour lequel nous préparons une soirée exceptionnelle, lors du Festival de Saint-Amans, à l’occasion du bicentenaire de sa naissance. 
Ces arbres sont nos chantiers d’éternité. Ils naissent et grandissent sous les mains de tous les artisans qui passent à saint-Amans.


Le Festival est l’occasion de nous réunir autour de toutes ces créations, mais l’ambition est de les rendre visibles en tous lieux, de tous temps « ici ailleurs ou autre part ».
« Il se peut que tu t’en souviennes.
Sans se connaître on s’est aimés,
Et même si ce n’est pas vrai,
Il faut croire à l’histoire ancienne.
Je t’ai donné ce que j’avais
De quoi chanter, de quoi rêver. » 
( Léo Ferré)